La micro-maison a-t-elle un avenir au Québec ?

Il y a 6 mois, Lumbec s’est lancée dans l’aventure de la micro-maison.  En peu de temps, nous avions préparé un plan complet, commandez une remorque sur mesure et construit un prototype.  Le tout en l’espace de trois mois.  En plus de travailler notre produit, notre équipe de développement s’est efforcée de la faire connaître du grand public.  La couverture média que notre entreprise a obtenu au cours des premiers mois fut excellente.  Vous pouvez prendre connaissance de cette couverture sur ce billet.  Au mois d’avril, nous étions présents au salon du Chalet et de l’arrière-cour d’Ottawa.  Plus de 10000 personnes sont passées par notre kiosque.  Plus de 200 personnes ont laissé leurs coordonnées pour de l’intérêt en lien avec nos produits.  Chaque mois, plus de 7000 personnes visitent nos sites web, sans compter la portée de notre présence sur les médias sociaux.  Chaque jour,  des gens arrêtent à l’atelier, visitent notre prototype et parlent de prix avec nous.  On pourrait donc croire que ce segment de marché est prometteur pour Lumbec et que les ventes seraient florissantes ou à tout le moins en croissance.

La réalité est tout autre.  Le total de nos ventes est probablement égal à celui des autres manufacturiers au Québec : 0

Les explications

En terme entrepreneurial, les obstacles pour le développement d’un produit s’identifient en tant que des barrières à l’entrée.  Or, dans le cas de la micro-maison, la principale barrière est de trouver un emplacement légal pour installer sa micro-maison.

À ce jour, il s’agit du principal frein au développement du marché de la micro-maison.  Il en existe plusieurs autres, mais sans la résolution du premier, la micro-maison restera un mouvement marginal sans avenir ni possibilité de croissance.

 

Les pistes de solutions

À tout problèmes, il existe forcément des solutions.  Or, la résolution des problèmes énoncés plus haut doit être initiée par ceux qui en bénéficieront le plus: c’est-à-dire les individus.  Dans le billet Le projet fou de Lumbec notre position était claire:  » les individus sont l’essence même du mouvement ».  De par le fait que la micro-maison est une industrie nouvelle et qu’en réalité la micro-maison est un terme vague sans réelle définition légale, aucun groupe ne prend position pour en faire la promotion auprès des instances gouvernementales.  Particulièrement pour ce qui a trait à la micro-maison sur roue.  

L’industrie pharmaceutique, les constructeurs automobiles et les constructeurs de maisons ont tous de puissantes organisations les représentant auprès de nos dirigeants.  Sans leurs lobbys respectifs, ils ne pourraient obtenir les changements requis pour développer leurs marchés.

Dans le cas qui nous concerne, la micro-maison, il est essentiel que les individus deviennent le lobby. Que ce soit eux qui manifestent et qui entreprennent des démarches auprès des institutions qui les gouvernent.  Combien de fois avons-nous entendus des gens mentionner qu’ils aimeraient vivre dans une micro-maison mais que ce n’est pas permis.  Où sont les initiatives réelles et structurées pour avancer le dossier de la micro-maison ?  Aujourd’hui, nous vous proposons une telle initiative.

Le 5 mai dernier, Martin Bisson, propriétaire de Lumbec a fait une présentation au Comité consultatif d’urbanisme de la ville de Gatineau.  Cette présentation démontrait comment la micro-maison pouvait être bénéfique pour une ville urbaine comme Gatineau.  Aujourd’hui, nous rendons publique cette présentation en vous invitant à la transmettre à ceux qui vous gouvernent.  Nous l’appuyons d’une lettre à joindre à votre envoi que vous pouvez modifier.  De plus, nous vous encourageons à inviter vos représentants à l’initiative qui risque de changer la donne au niveau des micro-maisons : le premier festival de la micro-maison au Québec qui se tiendra les 24-25 et 26 juillet 2015 dans la municipalité de Lantier dans les Laurentides.  Pour visiter le site du festival:  http://www.festivalminimaisons.quebec/

En invitant nos dirigeants à ce salon, nous aurons l’occasion de leur montrer la créativité et l’ingéniosité des constructeurs et des gens qui s’intéressent au mouvement.  L’intérêt qui sera généré aura pour effet de galvaniser les parties prenantes et permettra de donner à la micro-maison la place qui lui revient.

Voici donc les documents à transmettre à vos maires, préfets de MRC, députés provinciaux et membres de comités consultatifs.  N’hésitez pas à nous mettre en copie conforme de vos envois à info@lumbec.com

Lettre pour municipalités

Présentation pour CCU de Gatineau – mai 2015

Il sera intéressant de voir les réactions la portée des actions proposées plus haut.  Est-ce simplement une mode dans l’esprit des gens ou si les gens sont prêts à mettre l’épaule à la roue pour avancer le mouvement.

Parce que des gens qui veulent se mettre en forme et se mettre à la course à pied, il y en a des milliers.  Mais combien partent chaque matin pour mettre leur intention à exécution … beaucoup moins que ceux qui en parle.

Nous verrons bien, mais selon nous, si la micro-maison a une chance de percer au Québec, c’est cette année ou jamais.

 

4 Comments

  1. Bravo un projet super…moi j’y crois…j’aimerais bien faire partie de votre équipe de promotions…

  2. Moi je serais prenneur pour vos plans

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

© 2018 Tiny House Lumbec

Theme by Anders NorenUp ↑

Inscription à l'infolettre
Restez informé en tout temps ! Inscrivez-vous à notre infolettre ! Don't miss post from us ! Signup for our newsletter
Pour ne plus vous faire demander de vous inscrire