Page 2 of 2

Le Festival des mini-maisons … c’est maintenant !

Festival

Depuis hier, le Festival de la mini-maison est en branle.  Situé à Lantier, le premier festival est définitivement un arrêt essentiel pour quiconque s’intéresse au mouvement de la mini-maison.  Le site regorge d’exposants et de produits de qualité.

L’avant Festival

Un petit retour sur le parcours qui nous mène au Festival.  En décembre dernier, Lumbec a décidé d’explorer la possibilité de construire un prototype de micro-maison.  Dans un court délais, nous avons créé notre propre plan, mis en place ce blogue et commandé notre remorque.  Suivant la réception de notre remorque, nous avons déployé beaucoup d’effort afin de présenter notre prototype au Salon du Chalet et de l’arrière-cour en avril dernier.

Bien qu’il y avait encore du travail à compléter, la réception des visiteurs fut positive.  Cette fin de semaine, c’est un prototype amélioré que nous présentons.  Au cours des dernières semaines, nous avons retravaillé certains aspects de la maison.  Entre autres, des modifications aux armoires de cuisine, l’ajout de modules dans la salle de bain, le rembourrage de la banquette, une nouvelle échelle pour se rendre au deuxième ne sont que quelques exemples de ce qui a été accompli.  Notre personnel et nos précieux collaborateurs ont permis de livrer un produit qui plaît aux visiteurs.

Le trajet pour se rendre au Festival

Nous avons quitté jeudi soir pour se rendre à Lantier.  Il s’agissait du plus long trajet pour la micro-maison.  Le voyage s’est bien déroulé.  Évidemment, il faut adapter sa conduite, surtout lorsqu’on tire un poids de près de 9000 livres.  Le décollage, les distances de freinage,  le rayon lors des virages, la hauteur sont tous des items à considérer lors des déplacements.

Un fois rendu au site, l’installation dans un espace exigu a compliqué la livraison.  Une pente dans la terrain nous a forcé à réviser notre approche pour la mise en place du vendredi matin.

La première journée du Festival

À midi, les premiers visiteurs ont commencé à se pointer et ils étaient nombreux.  De midi à 21h00, l’affluence au site a été constante et sans relâche.  À tel point que l’accès au site est devenu difficile.  Si vous comptez visiter le festival aujourd’hui, nous vous recommandons d’arriver tôt et d’acheter vos billets d’avance.  Si vous visitez avec des enfants, assurez-vous d’avoir de l’eau en quantité et jouets pour les divertir.

Pour plus d’information sur le festival, visitez le site http://www.festivalminimaisons.quebec/

Au programme ce samedi

Ce matin, vous pourrez visiter le site à partir de 11h00.  À 13h00 aujourd’hui, nous livrerons nos conseils pour les autos-constructeurs dans le cadre d’une conférence.  Il y a plusieurs autres conférences et visionnement.  Pour plus d’information, visitez http://www.festivalminimaisons.quebec/#!conferences/c1ks1 

Suivez notre page Facebook.com/lumbec pour plus de photos.

 

 

 

 

La micro-maison a-t-elle un avenir au Québec ?

Il y a 6 mois, Lumbec s’est lancée dans l’aventure de la micro-maison.  En peu de temps, nous avions préparé un plan complet, commandez une remorque sur mesure et construit un prototype.  Le tout en l’espace de trois mois.  En plus de travailler notre produit, notre équipe de développement s’est efforcée de la faire connaître du grand public.  La couverture média que notre entreprise a obtenu au cours des premiers mois fut excellente.  Vous pouvez prendre connaissance de cette couverture sur ce billet.  Au mois d’avril, nous étions présents au salon du Chalet et de l’arrière-cour d’Ottawa.  Plus de 10000 personnes sont passées par notre kiosque.  Plus de 200 personnes ont laissé leurs coordonnées pour de l’intérêt en lien avec nos produits.  Chaque mois, plus de 7000 personnes visitent nos sites web, sans compter la portée de notre présence sur les médias sociaux.  Chaque jour,  des gens arrêtent à l’atelier, visitent notre prototype et parlent de prix avec nous.  On pourrait donc croire que ce segment de marché est prometteur pour Lumbec et que les ventes seraient florissantes ou à tout le moins en croissance.

La réalité est tout autre.  Le total de nos ventes est probablement égal à celui des autres manufacturiers au Québec : 0

Continue reading

Est-ce que Gatineau est prête pour la micro-maison ?

Lors du salon du chalet et l’arrière cour qui s’est tenu en avril dernier, l’équipe de Lumbec a recueilli plusieurs commentaires de la part de fervents de la micro-maison.   Plusieurs personnes nous on fait part de leur désir de s’établir dans une micro-maison.  À toutes ces personnes, nous leur avons posé la même question : Quel est votre prochaine étape ?  Que seriez-vous prêts à faire pour rendre cela possible ?  La plupart des gens avaient peu de réponse à offrir.

Depuis le début de l’aventure micro-maison, Lumbec martèle que le mouvement de la micro-maison prend son essence via les individus.  Aujourd’hui, nous considérons qu’un nouveau pas été franchit.  Dans le cadre d’un forum citoyen organisé par le parti municipal en place à Gatineau, Martin Bisson propriétaire de Lumbec, a pris la parole pour poser une question à M Gérard Beaudet, un réputé urbaniste au Québec.  La question visait à connaître l’opinion du conférencier à savoir si la deuxième unité d’habitation sur un lot pouvait contrecarrer l’étalement urbain qui caractérise le développement du Québec actuellement.  La réponse fut favorable dans son ensemble.

Cette idée de deuxième habitation, nous la présenterons à la séance du Comité consultatif d’urbanisme de la ville de Gatineau le  4 mai prochain.

Cette présentation, qui a nécessité plusieurs heures de travail s’articule autour des bénéfices et des règles à changer pour permettre son application.

Soyez sans crainte, suite à  la présentation, nous partagerons le tout avec vous.  En attendant, nous vous proposons  le reportage de Claudine Richard sur le forum tourné par Radio-Canada aujourd’hui.

Image radio-canada

Prochain billet : Comment s’organise une présentation au CCU

 

Un peu de repos … mais des photos !!

La fin de semaine dernière, notre prototype fut dévoilé au grand public lors du Salon du Chalet et de l’arrière-cour.   La réponse fut exceptionnelle.  L’équipe a reçu d’excellents commentaires et nous avons pu constater de la pertinence de la micro-maison.

Que ce soit de la part de ceux et celles  qui suivent le mouvement de la micro-maison ou encore des gens qui y furent exposés pour la première fois, les commentaires sont très bons.  Beaucoup de gens étaient impressionnés par l’espace et à quel point c’était bien divisé.

Les commentaires positifs visaient les éléments suivants :

Maximisation de l’espace

  • Utilisation de matériaux locaux
  • La variété des matériaux utilisés, incluant le bois de grange authentique
  • La qualité de l’exécution
  • Les nombreuses fenêtres et ouvertures
  • L’utilisation de bois blanchit
  • La bonne odeur de bois
  • La quantité de comptoir

Du côté des éléments à améliorer :

  • L’accès au loft
  • La hauteur sous le loft
  • La fermeture du mur entre le loft et le reste de la maison
  • La dimension de l’évier de la cuisine.
  • Pour certains, l’espace était tout simplement insuffisant.
  • Le manque de rangement.  Une dame agée nous a demandé où elle pourrait installer son congélateur !!!

Au cours de la prochaine semaines nous allons compléter les derniers détails de l’intérieur et procéder à une séance photo.

Une chose est certaine, le fait d’être parti avec un bon plan nous a permis d’obtenir un résultat de qualité.

Voici quelques pho

tos de la maison.  APICA---Martin-Bisson---Tiny-House-8APICA---Martin-Bisson---Tiny-House-7 APICA---Martin-Bisson---Tiny-House-4 APICA---Martin-Bisson---Tiny-House-3 APICA---Martin-Bisson---Tiny-House

Maintenant, nous profitons de cette belle fin de semaine pour passer du temps avec nos familles et s’occuper du terrain !!!

Le billets à venir :

  • Les défis de la construction d’une micro-maison
  • Comment approcher une municipalité pour modifier les règles !
  • Les systèmes mécaniques et électriques.

 

It’s show time …

À tous ceux qui suivent notre blogue assidûment, toutes nos excuses pour le manque de mises à jour.  Disons que le peu de temps restant pour compléter la micro-maison lorsque nous avons reçu notre remorque laissait peu de temps pour écrire.

La grande question … avons-nous réussis à compléter notre prototype ? Les liens suivants devraient répondre à la question :

Tout d’abord, voici un vidéo de la première semaine :

Pour des raisons techniques, nous aurons le reste des vidéos en ligne sous peu !

Le 14 mars dernier,  un premier article fut publié dans le Journal Le droit de Gatineau.  Vous pouvez le lire ici :

http://www.lapresse.ca/le-droit/actualites/actualites-regionales/201503/13/01-4852074-vivre-dans-225-pieds-carres.php

Ensuite, Karen Turner du Ottawa Citizen nous a consacré un reportage complet, incluant un vidéo.

http://ottawacitizen.com/life/homes/tiny-house-movement-comes-to-aylmer-with-construction-of-a-225-square-foot-home

Le 7 avril, j’ai eu la chance de réaliser une entrevue avec Ron Corbett, sur les ondes de CFRA. Le lien de l’entrevue se trouve ici :

Le 9 avril, c’était au tour de Radio-Canada, avec son excellente série Innovation Capitale.  Une expérience très enrichissante et un reportage de qualité de la part de l’équipe du Téléjournal Ottawa Gatineau. Le lien de l’entrevue se trouve ici :

http://ici.radio-canada.ca/regions/ottawa/2015/04/09/013-innovation-capitale-micromaison-lumbec-outouais-ottawa-225-pieds-carres.shtml?isAutoPlay=1

Finalement, le 10 avril, sommes passés à CTV Morning Live, en studio et en direct !! Pour voir le vidéo, cliquez sur le lien suivant:

http://ottawa.ctvnews.ca/video?clipId=589014  

Mais la meilleure des réponses est venue de la part des visiteurs du Salon du Chalet et de l’arrière cour qui se déroule présentement au EY Center.   D’excellents commentaires, tant positifs que constructifs et beaucoup de félicitations.

Donc, au cours des prochaines semaines, nous vous promettons d’autres mises à jour plus fréquentes et possiblement, de grandes nouvelles !!

Le décompte est commencé.

Plus que 25 jours, incluant les fin de semaine, avant le dévoilement de notre prototype au salon du Chalet et de l’arrière-cour qui se tiendra du 10 au 12 avril prochain au Centre EY d’Ottawa.  Considérant qu’une maison de 2300 pieds carrés, incluant l’excavation et les fondations prend près de 90 jours à construire, nous sommes confiants que nous atteindrons notre objectif.

Au delà de la charge de travail, c’est la préparation qui importe pour mener une construction à terme.   Outre la remorque, nous avions donc commandé les matériaux avec des délais de livraison, tels les fenêtres, la porte et les parements extérieurs.  Lundi, nous avons fait l’inventaire du matériel reçu au cours des deux dernières semaines.  Nous avons aussi modifié notre parement de pin pour lui donner un look plus moderne.  Avec le retour du beau temps, nous avons  décidé de s’installer à l’extérieur et de donner deux couches de teinture à notre revêtement.

En haut à gauche, le parement avant sa modification. En bas, le parement teint et installé sur le mur.

En haut à gauche, le parement avant sa modification.  En enlevant 1/2″ on diminue le poids et on obtient un look plus moderne.  En bas, le parement teint et installé sur le mur.

Nous avons aussi modifié l’arrangement général de l’atelier afin de dégager de l’espace et ainsi permettre le maintien du reste des opérations.

Mardi matin,  nous avons finalisé les dernières modifications à l’atelier.  Vers midi, après plus d’un mois d’attente, la remorque fut livrée à l’atelier. Petit moment de fébrilité, suivi d’un retour à la réalité.  Maintenant, la balle est dans notre coin pour livrer le tout.  Plus d’excuse!

remorque

C’est mercredi que la construction a réellement débutée.  Avec deux menuisiers, nous avons entrepris de compléter le plancher.  Composé de deux rangs d’isolants rigides expansés, notre plancher est construit à même la structure de la remorque.  L’ajout d’une plaque d’acier sous la structure de la remorque permet de déposer un premier rang d’isolant de 3″ d’épaisseur.  Nous avons recouvert cet isolant d’un contreplaqué 1/2″, que nous avons fixé aux longerons de la remorque.  Afin de minimiser les ponts thermiques, nous avons collé une bande néoprène entre les longerons et le contreplaqué.  À certains endroits, l’ajout de plaque pour solidifier la remorque fut nécessaire.  Ces plaques créent des espaces exigus impossibles à isoler avec de l’isolant rigide.  Nous avons donc opté pour de l’uréthane giclée à ces endroits.

Premier-rang-et-isolation

Le premier rang d’isolant rigide installé et l’ajout d’uréthane giclé pour les endroits impossibles à atteindre.

Neoprene-et-structure

L’ajout du néoprène montre le souci de briser le pont thermique entre la structure et les matériaux la recouvrant. L’acier étant un excellent conducteur et le néoprène étant un matériel à faible conductivité, la performance énergétique s’en trouve améliorée.

Une fois l’installation du contreplaqué complétée, il est recouvert d’un rang d’isolant de 1.5″.  La prochaine étape est cruciale.  Dans l’assemblage du plancher, l’ajout d’un matériel aussi mince que 0.006″ en polyéthylène, le pare-vapeur, est essentiel à l’efficacité énergétique.  L’installation de ce dernier doit toujours se faire du côté chaud.  Dans notre cas, nous avons opté pour une installation entre le dernier rang d’isolant et le contreplaqué.

L'installation du pare-vapeur

Idéalement, le pare-vapeur sera installé de façon continue. On s’assurera de le laisser dépasser au pourtour d’au moins 8″ afin de rabattre le pare-vapeur à l’intérieur des murs. Cette étape est essentielle pour assurer l’étanchéité de l’enveloppe.

Après l’installation de notre contreplaqué 5/8″, nous avons découpé l’ensemble de nos lisses de haut et de bas de murs.  C’est ici que nos méthodes diffèrent de la construction typique d’une micro-maison.  La plupart des constructeurs de micro-maisons construisent l’ossature sur la remorque ou sur le sol à proximité.  Ils installent ensuite l’ossature sur le plancher, pour ensuite la recouvrir de contreplaqué, installer le pare-air et ensuite la recouvrir de son parement.  Cela nécessite de travailler en hauteur, dans des échelles et des échafaudages.  Dans notre cas, lorsqu’un mur est monté sur la remorque, 90% du travail est complété. Cela requiert une coordination sans faille et une connaissance des techniques d’assemblages.  C’est ici que plus de 35 années d’expérience entrent en ligne de compte.

Mur-monté

Vue de l’extérieur du mur.

mur-vue-interieur

Le premier mur fut long à compléter.  Il a fallu planifier les dégagements pour les fenêtres et les moulures et travailler avec un mur très lourd pour la mise en place.

Les murs à l’avant de la remorque furent beaucoup plus facile à compléter, quoique que les angles nécessitent aussi de la planification.

À ce stade, nous pouvons dire que si nous maintenons la cadence,  nous serons prêts pour l’exposer à notre salon.  Les travaux continuent leurs cours lundi avec la fin des murs du RDC, et la charpente des murs du 2ème étage!

Nous allons prendre du temps pour teindre l’extérieur de nos fenêtres, nos moulures et possiblement notre plancher.

Sur ce, bonne semaine et si vous avez des questions, n’hésitez pas à communiquer avec nous!

 

 

Les délais sont préférables à l’erreur – Thomas Jefferson

Les retards sont fréquents en construction.  Lorsque nous avons décidé de commander une remorque sur-mesure avec nos propres spécifications, nous savions que nous nous exposions à des retards possibles.  Ceci étant dit, on parle d’un délai de 3 jours, ce qui n’aura pas un impact majeur sur le projet final.

Nous avons donc profité de ce délai pour travailler sur un modèle de 24′.  En terme d’apparence extérieure, le look sera similaire à notre prototype.  À l’intérieur, nous avons travaillé sur l’ajout d’une chambre sur le plancher du RDC.  Dans cette déclinaison du modèle, nous avons aussi modifié la partie avant pour accommoder une table et un plus d’espace banquette.  Suite aux commentaires, nous avons aussi inversé la cuisine et l’espace comptoir afin d’accéder à la mezzanine via la partie la plus élevée du toit.

A1--PLAN-DU-RDC-1

 

Dans la même lignée, nous avons inséré un modèle avec un bureau/lit de type Murphy qui ajoute une fonctionnalité supplémentaire.  Dans le cas d’une micro-maison, c’est toujours mieux !  Dans le modèle plus bas, nous avons gardé le devant avec banquette.  La deuxième image montre que la banquette se déploie en lit double.

A1--PLAN-DU-RDC-2

.

 

Plan du RDC

 

Voici un exemple de lit murphy avec bureau. Il peut aussi se faire avec un divan.

Murphy-sofa-bedPLan-du-murphy-bed

Ce design offre beaucoup de flexibilité en terme d’aménagement de la pièce supplémentaire.

Prochain billet

On espère vous montrez des photos de la remorque sous peu.

Le projet avance …

 

L’adage dit, rien ne sert de courir, il faut partir à point. Cela dit, nous avons hâte d’être dans le concret et de débuter la construction!

Les plans …

Toute bonne construction commence par un bon plan.  Suite à la présentation de nos plans, nous avons reçu de nombreux commentaires auxquels nous avons donné suite.

Parmi ceux-ci l’inversion de l’échelle par rapport à la pente du toit.  Nous avions placé l’échelle du côté où la pente est le plus bas.  Or, en inversant, il sera beaucoup plus facile d’y accéder.Nous avons aussi travaillé quelques points pour le positionnement des items de mécaniques et électriques.

 La remorque

Pour une micro-maison, la remorque est l’équivalent de la fondation.  D’où l’importance de bien choisir parmi les diférentes options qui s’offrent à vous.   On peut opter pour une remorque en inventaire et la modifier selon nos besoins pour la construction.  Néanmoins, cette option nécessite parfois des modifications d’ordre structurales qui peuvent s’avérer complexes et coûteuses.  En fonction de vos connaissances en soudures, il est possible que les services d’un soudeur professionnel soient requis.  Dans ce cas, il ne faut pas négliger le fait que ceux-ci coûtent habituellement aux alentours de 75$/heure.

La construction d’une remorque sur mesure.

L’autre option est de construire une remorque sur mesure.  Il vous faudra recourir aux services d’un professionnel.   Il importe selon nous de choisir une entreprise qui est certifiée par Transport Canada et qui sera en mesure d’apposer la marque de sécurité nationale pour les remorques.

Exemple d'une plaque de certification.

Exemple d’une plaque de certification.

En présentant votre projet à votre fabricant, il est important de bien communiquer vos besoins.  Ayez en main des plans et des croquis de ce que vous voulez construire.    N’oubliez pas qu’il s’agit d’un expert et que les projets vagues et approximatifs risquent rapidement d’être mal reçus.  Fiez-vous à son expertise et mentionnez-lui les détails particuliers en lien avec votre projet

Notez qu’il est possible d’immatriculer au Québec une remorque artisanale.  Pour des renseignements supplémentaires visitez le site de la Société de l’assurance automobile du Québec ou l’équivalent dans votre province.  Au Québec, vous devrez jumeler l’info de SAAQ à celle du Ministère des Transports.

Les coûts

Une remorque sur mesure sera sensiblement plus dispendieuse qu’une remorque standard.  Par contre, il faut tenir compte des coûts suivants qui s’ajouteront au prix de la remorque standard  :

  • Les frais pour la modification de la remorque.
  • L’enlèvement de matériaux qui ne sont pas nécessairement requis. ( exemple: plancher de bois)
  • Les frais pour l’ajout de lumières lors des déplacements.  Si vous achetez une remorque de base, vous devrez ajouter une multitude de lumières afin de rencontrer les normes de Transport Canada.

Extrait du site de Transport Canada.

Galvanisée ou non ?

La galvanisation consiste à recouvrir une pièce de métal d’une couche de zinc afin de la protéger de la rouille.  Les coûts reliés à la galvanisation pour une remorque varient en fonction des critères suivants:

  • Le poids de la remorque (le coût de la galvanisation est calculée en fonction de la pesanteur de celle-ci)
  • Les dimensions : plus elle est longue, plus elle est sera lourde.
  • Il est possible que les dimensions fassent en sorte qu’il sera plus complexe de l’immerger dans le bassin, engendrant ainsi des coûts additionnels.
  • La distance entre votre fabricant et les plans de galvanisation.  Les endroits pour galvaniser sont peu nombreux au Québec.  Votre fabricant devra mandater un transport spécial si son atelier de fabrication est trop loin.
Les composantes

Le choix des options pour votre remorque aura un impact sur le prix.  Voici les principaux choix à soupeser.

  • La capacité de charges des essieux et leur type (abaissé ou non)
  • Les roues de la remorque et leur modèle.
  • Le nombre d’essieux.  Dans la plupart des cas, deux essieux seront requis, trois dans le cas des remorques plus longues.
  • Le dispositifs d’attelage (point d’attache entre le véhicule et la remorque.
  • Les équipement de nivellement et le nombre requis.
  • Le choix des matériaux (acier peinturé ou galvanisé, aluminium
Le délai de fabrication

En optant pour une remorque sur mesure, il faut prévoir de 4 à 6 semaines du moment où vous commencer à discuter avec un fabricant et le moment de la livraison.  Une remorque standard peut être livrée plus rapidement.

Le choix de Lumbec

Dans notre cas, nous avons opté pour une remorque sur mesure.  Au cours d’un billet prochain, nous partagerons avec vous le design innovateur que nous avons travaillé avec notre fabricant.  Nous aurons des photos de la fabrication pour appuyer nos croquis et nos explications.

Nous recevons donc notre remorque pour le 20 février.  Plus que 6 jours avant le début de la construction.

Prochains billets

Nos prochains billets en préparation sont les suivants :

  • Le design de la remorque pour la micro-maison de Lumbec
  • Les délais de commande pour les matériaux et l’importance de planifier la construction.

Entre-temps, visitez le site de l’entreprise pour nos autres produits.  La micro-maison, c’est 37 ans d’expertise réunies dans 225 pieds carrés.  Laissez-nous vous impressionner avec notre gamme de produits sur mesure !

Val-des-Monts et la construction de micro-maisons.

Val-des-Monts est située à 40 km du centre-ville de Gatineau.  Il s’agit d’une municipalité avec un large territoire et une population d’environ 12 000 habitants.  Reconnue pour ses nombreux lacs et nichée dans les montagnes, Val-des-Monts est un endroit de choix pour les sportifs et les amoureux de la nature.  Et possiblement, pour les futurs propriétaires de micro-maisons.

*** Avertissement : Ce billet est le résultat d’une étude des règlements de zonage et d’une visite aux bureaux de la municipalité.  Par expérience, la personne qui prévoit construire DOIT faire preuve de vigilance et VALIDER avec la municipalité avant d’entreprendre toutes formes de travaux.  ***

Tel que mentionné dans notre billet sur les règlements municipaux,  il importe de consulter les règlements de zonage  afin de valider ce qui est permis de construire.  Dans le cas de Val-des-Monts, ces règlements se retrouvent sur le site web de la municipalité.  À partir des règlements de zonage, notre intérêt se porter sur les usages du groupe habitation ainsi que sur les usages complémentaires .

Extrait-du-règlement-de-zonage

Extrait de la table des matières du règlement de zonage de Val-des-Monts

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans le cas qui nous intéresse,  ce sont les « bâtiments complémentaires permis pour les usages du groupe habitation ». Dans vos recherches, vous ne retrouverez pas le terme micro-maison ou tiny house. Cherchez plutôt pour les termes suivants :

  • Bâtiment complémentaire et/ou logement additionnel
  • Villa dortoir
  • Pavillon de jardin
  • Logis ou logement parental
  • Logement accessoire détaché

Pour Val-des-Monts, la micro-maison  tombe sous la catégorie de la villa dortoir ou du dortoir tout simplement.

.Extrait villa dortoir

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous avons consulter le service de l’urbanisme de la municipalité pour valider certains points.

Tout d’abord, il n’y a pas de pieds carrés minimum.  Donc, pour une construction de 350 pieds carrés, pas de problème.

Si l’on opte pour le « dortoir », l’application du code du bâtiment ne sera pas applicable.

Lorsque nous avons déposé les plans de notre prototype, c’est au niveau des roues que la technicienne s’est questionnée.  Pour l’instant, la construction serait considérée comme  une roulotte et la définition de dortoir ne serait pas applicable.   Par contre, sans les roues, il serait possible de procéder à la demande de permis.

Donc, on oublie la tiny house de type « Tumbletweed » pour l’instant à Val-des-Monts.  Néanmoins, l’ouverture de la municipalité à l’égard des villas dortoirs montre que la municipalité est sensible aux logements complémentaires.

Clinton-WA-866d43-e1416525777605

Un exemple de micro maison sur fondation.

Note sur la construction des bâtiments principaux

La réglementation en vigueur à Val-des-Monts sur les bâtiments principaux  est intéressante.  En effet, pour un bâtiment à un étage, le minimum autorisé est de 60 mètres carrés (±650 pi. carrés).  On est quand même loin des moyennes nord américaines qui varient entre 2 300 et 26 000 pieds carrés.

Considérant qu’une villa dortoir peut avoir un maximum de 60 mètres carrés, on peut donc affirmer qu’il serait possible pour deux familles d’unir leur force et construire un bâtiment principal de 60 m carrés et de faire approuver une villa dortoir. **

** Sous réserve de l’approbation de la municipalité.

Invitation

Puisqu’à priori il peut être complexe de démêler la question, je vous invite à m’envoyer un courriel à tinyhouselumbec@lumbec.com.   Pour les 5 premières personnes qui le feront, je m’engage à effectuer une première recherche et à faire part du résultat personnellement et via ce blog.

Prochain billet

Notre remorque est commandée.  Les pièces arrivent cette semaine à l’usine de fabrication. La fabrication débutera au début de la semaine prochaine.  On vous explique nos démarches et les modifications que nous apporterons à notre structure de remorque afin de l’adapterShop pour remorque aux micro-maisons.

 

 

 

Mieux comprendre les règles pour mieux les faire changer.

law book and gavelIl n’y a pas de doutes que le mouvement de la micro-maison connaît un essor en Amérique du Nord.  De plus en plus, les gens sont conscients de leur empreinte environnementale.  Les micro-maisons attirent l’attention.  Les services d’urbanisme des grands centres urbains commencent à reconnaître que  ce mouvement ne s’essoufflera pas et que tôt ou tard, la micro-maison devra être considérée.  Afin de mettre de la pression efficacement, il importe de bien comprendre les règles actuelles et quels changements sont requis pour modifier l’attitude des villes à l’égard des micro-maisons.

Étant situé à Gatineau, nous avons cru pertinent de baser notre article sur la réglementation qui y est présentement appliquée.  Puisqu’il s’agit de la 4ème ville en importance au Québec, l’information pourra s’appliquer, en partie du moins, à plusieurs autres municipalités.  En tout temps  par contre, veuillez vérifier l’information avec les fonctionnaires de votre région.

 Légal ou non ?

La réglementation sur les micro-maisons est floue à plusieurs égards.  De bons articles sur le sujet ont récemment été publiés par Julie Turgeon pour le compte de La Presse.  Le billet d’aujourd’hui porte sur l’étude de la réglementation sur lesquelle s’appuient les municipalités pour refuser une micro-maison.  Bien que des municipalités soient citées en exemple, la structure est assez similaire d’une ville à l’autre au Québec.

Au sens large …

Au Québec, les questions visant de l’occupation et de l’utilisation du territoire repose sur la Loi sur l’aménagement et l’urbanisme (L.R.Q., c. A-19.1).  Les règlements en matière d’urbanisme de chacune des municipalités du Québec découlent de cette loi.

À l’intérieur d’une cité, des règlements administratifs, de zonage, de lotissement et de constructions appuient la vision de la ville.  Cette vision s’inscrit dans le plan d’urbanisme.  Ce plan tient compte des réalités territoriales, économiques et sociales des villes et dicte le développement.  Du plan d’urbanisme, découle plusieurs règlements, dont celui du zonage.

Règlement de zonage

Le règlement de zonage s’applique à un territoire soumis à la juridiction d’une municipalité.  Il  dicte la construction, l’occupation et l’utilisation des terrains sur le territoire en question, que ce soit en tout ou en partie.    Les documents important annexés comprennent, entre autre, les grilles de spécifications, la codification des usages principaux et le plan de zonage.

Les usages principaux se définissent normalement comme suit:

  • Habitation et/ou résidentiel
  • Commercial
  • Industrielle
  • Communautaire
  • Récréative
  • Agricole

Dans le cas d’une micro-maison, on voudra porter notre attention sur les usages principaux de type H.

Si on considère un terrain vacant.  Il faut trouver la grille de zonage qui est afférente à ce terrain.

Grille de zonage
À la lecture de cette grille, nous sommes donc en mesure de conclure qu’un bâtiment, dans le secteur H-13-016 doit avoir un superficie d’implantation minimale de 49 m² et une superficie plancher totale de 90m².   Cela équivaut à près de 4 micro-maisons.  Ces dimensions sont similaires sur la presque totalité des territoires urbains.   On peut donc conclure qu’il est présentement impossible de faire accepter un tel projet de construction basé sur la superficie d’implantation minimale.

Supposons maintenant un terrain avec une résidence unifamiliale derrière laquelle on aimerait y construire une micro-maison, soit sur roue, soit sur fondation.  Récapitulons les faits :

  1. Le terrain en question est situé à Gatineau.
  2. Le terrain a comme classification H – Habitation et permet la construction unifamiliale isolée.
  3. Il y a un bâtiment principal  (la maison) avec  50 mètres carrés  d’implantation au sol et 90 mètres carrés de superficie de plancher au total.
  4. Il n’y a pas pas de logement additionnel d’approuvé à ce stade.

Pour notre exemple, la micro maison serait donc considérée comme un bâtiment secondaire.  Il  y a plusieurs règlements qui s’appliquent à la construction de ces derniers.  Les plus importants étant que ceux-ci ne peuvent avoir une superficie supérieure à 10% du terrain et un maximum de 80% de la surface d’implantation du bâtiment principal.    Donc, en considérant une micro-maison de 200 pieds carrés, nous rencontrons ces règles.

La plupart des municipalités au Québec autorisent les logements additionnels dans les résidences unifamiliales isolées.  À Gatineau, le processus est fastidieux et long, la demande devant être autorisé autant par le service d’urbanisme que le CCU et finalement approuvé par le conseil municipal.  À noter que la maison ne devient pas un « duplex » mais bien une unifamiliale avec un logement additionnel. En terme de règlement de zonage, on dit  qu’un usage conditionnel de logement additionnel a été autorisé.  Ces logements sont toutefois assortis d’un minimum de superficie qui excède normalement celle des micro-maisons typiques

Or, dans la plupart des municipalités urbaines du Québec, l’usage principal pour lequel est destiné un terrain ne peut s’exercer que dans le bâtiment principal.  De grandes villes canadiennes dont Vancouver, autorisent sous certaines conditions, que des logements additionnels soient autorisés dans des bâtiment accessoires détachés.

On est à même de constater qu’il s’agit d’une nuance simple qui ne requiert pas de changement de lois provincial ou fédéral, mais bien d’une modification au règlements municipaux.

La question des roues

Le fait de construire une micro-maison sur des roues ajoute une complexité supplémentaire.  Le réflexe premier des municipalités est d’identifier la micro-maison sur roue à une roulotte.  Mal préparé, il sera difficile d’en faire la démonstration.  Un billet à venir bientôt portera justement sur ces distinctions.

Dans une ville comme Gatineau, il est permis de remiser une roulotte en cour latérale et arrière mais il est interdit d’y vivre.  Donc, dans la mesure où une ville accepterait les micro-maisons, il y aurait lieu de faire la distinction entre les deux.

La suite …

Ce billet n’effleure que partiellement la réglementation qui s’applique aux micro-maisons.  Il n’en demeure pas moins qu’il s’agit de la principale barrière à l’acceptation du mouvement dans les grandes villes.

Nous avons par ailleurs fait abstraction des règlements de lotissement et des règlements de construction qui ont aussi un impact sur la « tiny house ».

Dans une optique plus globale,  il est possiblement requis pour le Québec d’adopter une attitude différente envers le mouvement micro-maison.  Avec le plan Nord qui se mettra en branle sous peu, les micro-maisons pourraient minimiser l’impact des futures villes fantômes et la pression sur le logement dans les grandes villes en temps d’effervescence économique.   Le cycle économique étant à la hausse, il y a donc lieu d’étudier la question maintenant afin d’être prêt en temps opportun.

Prochain billet

On vous annonce bientôt, quelle municipalité en Outaouais autorise déjà la tiny house*** !!!  Ce billet pourrait vous intéresser!!!

*** Certaines conditions s’appliquent.  Elle devra être sur fondation sur un terrain sur lequel il y a déjà un bâtiment principal.  Par contre, pas de pieds carrés minimum.

Le premier test du prototype

Samedi soir, le sommeil fut difficile à trouver.  Dans mon cas, c’est assez rare.  Je savais que dimanche matin, les plans de notre prototype allaient sortir sur la page facebook de Tiny House Québec.  C’était la première fois que ceux-ci se retrouvaient à l’extérieur du réseau de Lumbec.  Nous étions donc fébriles et inquiets à la fois.  Parfois, à force de travailler sur un projet, on ne voit que l’arbre et il nous manque le recul pour voir la forêt !

Photo tiny house quebec

En général, la réponse fut excellente et positive.  Les commentaires critiques étaient constructifs et nous permettra d’apporter les modifications requises en temps opportun à notre modèle.

L’esprit de collaboration présente au sein de la communauté virtuelle « tiny » est très dynamique et intéressant. Un gros merci à Tiny House Québec pour cette belle vitrine.

Les items à valider suites aux commentaires :

  • La forme du toît et son aérodynamisme
  • L’échelle pour donner accès au loft
  • Le look extérieur
  • Les services électriques et mécaniques et leur positionnement.
  • Le plus important : le prix !

Sur ce point, sachez que nous sommes à finaliser la réception des soumissions de la part de nos fournisseurs.  Ceux-ci nous fournirons l’estimation basée sur le prix des matériaux.  Pour la main-d’oeuvre, ce sera à moi d’y mettre un montant.  Il s’agit toujours d’un exercice périlleux, surtout lorsqu’il s’agit d’un premier modèle.

Nos prochains billets à venir :

  • Le design d’une tiny house pour le Québec, par où commencer ?
  • La remorque, sur mesure ou l’inventaire d’un distributeur.  Attention aux fausses économies.

Au plaisir d’échanger avec vous !

Martin Bisson

 

Le projet fou de Lumbec

Le projet est ambitieux, un peu fou même, et le défi à relever est énorme.

Finaliser le design et les plans de notre premier modèle de « tiny house », commander les matériaux et compléter la construction dans l’espace de 2 mois, est-ce possible ?

Fort de leurs 35 années d’expérience en construction, l’équipe de Lumbec et ses collaborateurs ont décidé de sauter dans l’aventure à pieds joints.

Le premier modèle construit sera modeste.  Il offrira tout juste assez d’espace pour 4 adultes.  Une cuisine, un coin comptoir, une douche, une toilette.  Du rangement, beaucoup de rangement.  Une mezzanine, une grande mezzanine (avec un lit king). Finalement, peut-être pas aussi modeste que prévu…

Le tout, dans un espace de 8’6’’ par 16’. Ok… un peu plus parce que nous avons triché un peu.   Vous comprendrez en voyant nos plans.

En tant qu’individu, je suis totalement envoûté par le mouvement des tiny house depuis plusieurs années.  La quantité de sites internet, de blogues, de pages Facebook  ainsi que les émissions de télé m’ont permis de constater  que :

  1. Les micro-maisons sont là pour rester, la distinction entre mode et mouvement est importante.
  2. Les individus sont l’essence même du mouvement.

En tant que propriétaire d’entreprise, j’en ai déduit que le désir de simplicité et de liberté de l’individu doivent  être à l’avant plan de toute démarche, avant même le volet commercial d’une entreprise intéressée à construire ce type d’habitations.

Conséquemment, Lumbec partagera au travers d’un blogue dédié à ce projet une série de billets qui viendront en aide à ceux et celle qui désirent construire eux-même leurs micro-maisons

intérieur de tiny house

La fenestration abonde dans ce modèle.  L’espace banquette offre beaucoup de rangement et même un lit

Que ce soit pour le design, les remorques, l’isolant et les matériaux, Lumbec sera transparent dans sa démarche.  Nous serons ouverts aux questions et  échangeront avec vous sur toutes critiques constructives.

Nous vous réservons plusieurs surprises.

Si tout va bien, notre prototype sera exposé au salon du chalet et de de l’arrière-cour « backyard and cottage show » qui se tiendra au EY Center à Ottawa du 10 au 12 avril 2015.

Entre temps, vous pouvez nous suivre sur notre page Facebook.com/lumbec ainsi que sur notre nouveau blogue www.tinyhouselumbec.com.

Nous sommes très excités par ce nouveau projet et nous avons hâte de lire vos commentaires sur notre premier concept pour ainsi l’améliorer …

Si vous aimez ce modèle en format 16 pieds, permettez vous d’imaginer les possibilité en format 20 pieds, ou même 24 pieds.

Les possibilités sont presque infinies.

 

Martin Bisson, ainsi que l’Équipe Lumbec et ses collaborateurs.

2015, une année remplie de projets

Au cours des trois dernières années, Lumbec a mis les bases pour les changements prévus en 2015. Nous avons mis à jour nos méthodes de travail, mis en place les outils informatiques et renforcer notre positionnement en tant que manufacturier et installateur de structures extérieures. En 2015, nous comptons bien maintenir le cap et continuer notre progression.

Il est temps de transformer l’expertise acquise en construction de remises, pergolas, villas dortoir (bunky), gazebos, deck et structures pour enfants et de l’apporter au prochain niveau. Bienvenue dans le monde de Lumbec 3.0 !

Des projets emballants

L’année 2015 sera composée de 3 projets majeurs.

  1. Le Salon de l’Arrière-cour et du chalet
  2. La promotion de Fabrik Ludik
  3. Le lancement d’une nouvelle gamme de produit, basé sur les micro-maisons (tiny house)

Le salon de l’arrière-cour et du chalet

Le prochain salon aura lieu du 10 au 12 avril 2015 au Centre EY. Lors du salon, nous serons un exposant vedette. Nous vous en mettrons plein la vue avec plus 1200 pieds carrés de produits en démonstration. Ce sera l’occasion de mettre en application notre objectif de la promotion de la gamme de produits ludiques.

Au menu, 800 pieds carrés de forêt enchantée inspirée par les produits de Fabrik Ludik. Le tout, sera animé pour les enfants ce qui permettra de montrer que les possibilités sont infinies lorsqu’il est question de Fabrik Ludik.

Disposition pour le salon Backyard and Cottage Show

Nous profiterons la vitrine offerte pour montrer notre premier prototype de micro-maison. Mieux connues sous le nom de Tiny House, le mouvement qui prend son origine aux États-Unis connaît de plus en plus d’ampleur au Canada et au Québec.

Notre premier modèle, dont la construction débutera en février 2015, jetera les bases pour l’ensemble des modèles à venir. Après avoir étudié l’offre disponible sur le marché, notre modèle répondra aux rigueurs du climat et offira l’espace requis pour une famille. En exclusivité, nous vous offrons la première image de l’intérieur. Il s’agit d’un rendu pour l’espace repas.

Comme vous pouvez le constater, nous ajoutons aussi un blogue au site web. Le blogue servira d’espace de discussion et d’échanges avec nos clients ainsi qu’avec des gens intéressés à nos produits. Ne soyez pas surpris si le site change de look au cours des prochains mois, nous sommes présentement à finaliser les plans de notre nouveau site web.

Tiny house

Newer posts »

© 2018 Tiny House Lumbec

Theme by Anders NorenUp ↑

Inscription à l'infolettre
Restez informé en tout temps ! Inscrivez-vous à notre infolettre ! Don't miss post from us ! Signup for our newsletter
Pour ne plus vous faire demander de vous inscrire